Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la vie d’un musicien pro #5 – La santé du musicien (2e partie)

ou l’histoire de pieds et de mains
…en passant par le pouce de César

Cette semaine je reprends la thématique de la santé du musicien dont j’ai commencé l’exploration lors de mon dernier article. 

Santé physique
… et mentale  

Bien sûr après avoir annoncé le thème la semaine dernière, je me suis tout de suite lancée sur la santé physique. Mais comme le précisait avec grande justesse Anthony en commentaire, cette thématique est indissociable de la santé mentale.

Vous vous souvenez peut-être, dans l’article consacré au « trac », je vous parlais déjà de la relation entre le corporel, l’émotionnel et le mental. Parfois, l’enjeu de la santé du musicien se décline de manière indéniablement psychosomatique.

Mauvaise nouvelle : je n’ai pas fini de décliner les challenges de la vie de musicien pour sa santé.

Car certes, la musique est à consommer sans modération. 🍷 

Mais on peut se demander si être musicien ne nuirait pas parfois à la santé  !

Un rythme (de vie) 

… d’enfer 👹

Aux challeng es liés au corps très sollicité du musicien que nous avons déjà vus, s’ajoute un aspect à ne pas sous-estimer : un rythme de vie parfois effréné. 

Les musiciens ne sont pas en reste face à la thématique généralisée de nos sociétés qu’est le burn-out.  Sans aller jusque là, il n’est pas rare que les musiciens alternent des phases d’activités irrégulières et le surmenage guette lors de tournées très intenses, où on dort chaque soir dans un hôtel différent, où les voyages se succèdent. 

Entre trains et avions, on ne sait littéralement plus où on habite, ni dans quelle ville on décolle ou atterrit. Les nuits sont aussi souvent trop courtes après les concerts pour permettre une bonne récupération physique. 

L’art des pauses⏱🏃

Dans cette course contre la montre, il est rare d’arriver à « prendre le temps » de faire des pauses après avoir joué, de faire des gestes nécessaires qui vont permettre de rééquilibrer le corps, compenser les asymétries ou les déséquilibres que nous avons créés et entretenus en jouant. 

Il serait pourtant important de « sortir l’instrument de son corps », de se « démouler ».

Il n’est pas rare de voir un violoniste continuer à « porter » virtuellement son instrument sur l’épaule gauche, même lorsqu’il marche dans la rue.

Facteur aggravant : il n’est pas dans les cultures des musiciens de faire des pauses. Souvent porté par la musique, on se laisse … emporter. Et il est bien connu que quand on aime, on ne compte pas…

 

Et puis, le mental, toujours le mental. A cela s’ajoute les tensions musculaires qui viennent faire écho à une attitude volontaire. Dur d’intégrer le « Less is more » dans sa pratique…

la pratique sportive 🏃🚴🏊

Un autre obstacle lié au rythme de vie irrégulier et aux déplacements fréquents, est le fait de ne pas arriver à installer une pratique sportive régulière. Et là, je parle en connaissance de cause. 

J’avoue, certains de mes collègues y arrivent de manière remarquable. Je les admire ! 👏

Car non seulement, un musicien a besoin de s’étirer, de développer sa conscience corporelle mais aussi d’avoir une sacrée endurance pour avoir le souffle et être capable de tenir dans de longs programmes très physiques.

le jetlag 😴😱

Et je ne préfère même pas aborder en détail la gestion du jetlag, sujet qui pourrait faire à lui tout seul l’objet d’un article !

Par exemple, il m’est arrivé de jouer le Concerto de Brahms ( 40 minutes de musique de haute densité musicale et de haute voltige – épreuve d’effort comme disent les cardiologues ! ) le surlendemain de mon arrivée au Japon pour un concert programmé à midi. 

Ce qui voulait donc dire qu’il était 6 heures du matin pour mon horloge interne. 

Un sacré challenge physique et mental ! 😨

Quand lever le pied…

n’est pas de tout repos

Un autre cas où il est impossible de bien « doser » son travail et où on peut y laisser des « plumes »,  est le remplacement au pied levé. Quand par exemple, un soliste programmé doit annuler quelques jours ou même quelques heures avant un concert, il faut le remplacer en dernière minute. 

J’avoue, j’ai toujours adoré cette expression…étrangement visuelle. Comme si on allait finir par jouer sur scène avec un pied en l’air. 😅

Pas si absurde, en fait, si on pense à l’intensité de ce genre de préparation en quatrième vitesse où on a effectivement l’impression d’avancer sur un fil. Funambulisme musical…

La tétanie de Wagner

Un cas de figure qui me vient comme exemple de corps de musicien mis en danger, c’est celui du musicien d’orchestre qui va jouer pendant quatre à cinq heures un opéra de Wagner. Au violon par exemple on trouve de longues pages d’arpèges injouables et de trémolos. 

Le trémolo, c’est cette technique d’archet où on frotte la corde dans un mouvement très rapide, cela produit l’effet d’un tremblement, d’où le nom ! 

Le bras de l’archet risque d’être tétanisé par les mouvements de tremblements répétés sur une durée…inhumaine.

Les compositeurs et les interprètes: une relation amour-haine 🎼💞

D’autres situations peuvent être extrêmes telles que le fait de devoir apprendre une pièce très rapidement, dans un temps record. Par exemple lors d’une création de pièce contemporaine, il n’est pas rare que le compositeur tarde à « rendre sa copie ». 

Ah, les compositeurs… !

Alors on doit apprendre en catastrophe une partition parfois à la limite du jouable la veille du jour J., le jour de la création.

La création (on dit die Premiere en allemand), c’est le concert où la pièce sera exécutée en public de manière officielle pour la première fois. 

Grosse responsabilité, où on dépasse ses limites et on sacrifie des heures de sommeil et les fameux temps de pause dont le corps aurait besoin… État d’urgence ! 😱

Beethoven, Rachmaninov et les autres …

Il faut dire que les compositeurs ont parfois eu peu d’égard par rapport aux interprètes et à leurs limites techniques et donc… physiques. 

Je pense à Beethoven qui disait au violoniste Schuppanzigh qui se plaignait de la difficulté d’un quatuor : 

« Croyez vous que je pense à vos misérables cordes, quand l’Esprit me parle? »

Au XIXe siècle, avec le développement de la virtuosité instrumentale autour de Liszt au piano et Paganini au violon, même combat.

Le virtuose est presqu’un héros qui doit vaincre et laisser quelques gouttes de sang sur scène. 

Je ne résiste pas à partager ici avec vous le fameux sketch sur le pianiste-compositeur russe Rachmaninov (1873-1943) intitulé « Rachmaninov had big hands »

https://www.youtube.com/watch?v=ifKKlhYF53w&start_radio=1&list=RDifKKlhYF53w&t=77

En vrai, l’écriture de Rachmaninov peut être une torture pour des pianistes n’ayant pas des mains de géants…

Et puis au XXe siècle, la virtuosité passe justement par une exploration voire une explosion de plusieurs paramètres. Le corps de l’instrumentiste est vraiment mis à contribution de manière parfois radicale. 

Bon, assez pour cette fois !  Je poursuivrai (peut-être) un peu d’histoire de la musique une prochaine fois. 🤓

Revenons à … 🐑🐑🐑

notre corps de musicien !

Vous vous souvenez de ma question à 1000 euros de la semaine dernière ?

 >> D’où part le pouce ?

Et bien, oui. Raphael Maillet, c’est là où je voulais en venir ! 

Il est important de comprendre que la base du pouce n’est pas là où le doigt semble rejoindre la paume de la main mais bien qu’il va jusqu’à la jonction du poignet et donc qu’on peut dénombrer trois os. 

Il est vrai que selon les ouvrages, on trouve différentes formulations quant aux phalanges. Je vous mets ci-dessous un schéma que je trouve très parlant quant à la  mobilisation du pouce.

 

Ce schéma est d’ailleurs extrait d’un livre remarquable intitulé « What every pianist needs to know about the body » de Thomas Mark. GIA Publications, p.95

Du Pouce de César …

au body-mapping

Alors, oui. Le pouce est essentiel dans notre capacité de préhension, c’est-à-dire notre capacité à saisir des objets …comme un stylo, ✍️une banane ou un archet par exemple.

C’est d’ailleurs une de nos spécialités communes, nous et les primates ! 🙈

Alors, vous me direz : quel est le rapport avec le pouce de César ?

Tout d’abord, laissez moi préciser que je ne vous parle pas du pouce de César, l’empereur. Le pouce qui se lève vers le haut 👍ou vers le bas pour décider du sort des gladiateurs dans l’arène : non, Facebook n’a rien inventé avec le Like !

Mais je vous parle du pouce du sculpteur marseillais César Baldaccini, dit César.  

Imaginez vous que j’ai vu cette sculpture imposante, toute mon enfance sur le rond-point de Bonneveine à Marseille. Et donc, depuis petite, mon  « imaginaire » du pouce, est faussé ! Puisqu’on a l’impression que le pouce part de la phalange Nr.2. 

Je n’irais pas jusqu’à dire que César a une responsabilité dans le fait que longtemps j’ai porté en moi une conception fausse de l’anatomie du pouce…

quoique 🤔

Et là, vous vous dites, comme les deux vieux du Muppet Show:

«The question is : who cares ? »

version longue : 

https://www.youtube.com/watch?v=Dfmur6IkM7U

Et bien, le pouce a un impact énorme sur la tenue d’un archet par exemple, pour le jeu d’un pianiste, sur la manière de taper au clavier (de piano ou d’ordinateur d’ailleurs !!)

Le fait d’imaginer que l’on tient un objet à partir du poignet ou seulement de la 2e phalange peut être une source de tension musculaire extrême.

🗺🌎

De plus cet exemple, je le prends pour aborder ici un concept que je trouve fascinant : le « body-mapping ». 

Le body-mapping, c’est le fait de définir une cartographie intérieure de notre corps et ce, à travers notre perception propre, nos sensations et un imaginaire intériorisé, parfois conscientisé ou non. 

En français, on utilise aussi souvent des mots tels que proprioception et kinesthésie.

Bon…gardons body-mapping pour l’instant !

On pourrait dire qu’il sous-tend toutes les méthodes qui permettent de développer une meilleure conscience corporelle, méthodes que j’ai citées dans mon article précédent, que ce soit le yoga, la technique Alexander ou l’Antigym. 

Je vous en dis plus la semaine prochaine ! 

🎬

D’ici là, belle méditation sur le pouce ( geeks inclus ) et portez-vous bien 👍

Partagez et diffusez cet article s’il vous a plu et surtout venez discuter avec moi dans les commentaires ! 

Leave a Reply