#38 – Jascha Heifetz, le Buster Keaton du violon

#38 - Jascha Heifetz, le Buster Keaton du violon
Une histoire de froid polaire, d’antenne de voiture et de ...caricature

🗓SAVE THE DATE

A noter dans vos agendas d’ores et dĂ©jĂ 
Concert de sortie de mon nouvel album à Paris le 3 Mars au Reid Hall ❗

⭐Un concert commentĂ© suivi d’une sĂ©ance de dĂ©dicace avec plein de surprisesÂ đŸŽđŸ’żđŸ·

Reid Hall – Columbia University
4 rue de Chevreuse
75006 Paris

En fin d’annĂ©e, je vous parlais des « bis », transcriptions et autres arrangements aprĂšs vous avoir racontĂ© le parcours de vie incroyable de Fritz Kreisler.

Cette semaine pour bien commencer la nouvelle annĂ©e, j’ai envie de vous parler du violoniste ultime, le seul et l’unique, s’il ne devait y en avoir qu’un : Jascha Heifetz (1901-1987)

 

 

Je vous le faisais entendre à Noël dans son irrésistible transcription et arrangement de White Christmas.

Je pourrais pĂ©rorer des heures sur la chaleur de sa sonoritĂ©, sa virtuositĂ© inĂ©galĂ©e, l’Ă©lĂ©gance de ses glissades (la maniĂšre de relier les sons en habitant littĂ©ralement le passage entre chaque note, Ă  vous faire chavirer le coeur…)

Un violoniste froid ??

L’ironie de l’histoire, c’est que Heifetz a souvent Ă©tĂ© qualifiĂ© de froid et d’austĂšre.
On ne cessait d’ailleurs de le caricaturer dans ce sens.

Regardez plutĂŽt !

 

 

Et il avait une sacrée réputation : un homme pas commode !

Il faut dire que sa posture sur scĂšne Ă©tait celle d’un aristocrate (de la musique!), souverain, que rien ne pouvait faire sourciller.

Pourtant Heifetz avait dit :

 

❗ » Pour ĂȘtre un violoniste, il faut les nerfs d’un torero, la vitalitĂ© d’une hĂŽtesse de boĂźte de nuit et la concentration d’un moine bouddhiste ! « 

GĂ©nial, n’est-ce pas ?

Il Ă©tait en fait bien plus nerveux qu’il n’y paraissait.
Et, pour lui son expression musicale devait passer par le son, par sa sonorité avant tout.

C’Ă©tait une autre Ă©poque…oĂč la plupart des grands artistes avaient une apparence assez flegmatiques, ou en tout cas, ne bougeaient presque pas. Leur cĂŽtĂ© hiĂ©ratique qui impressionnait Ă©tait le signe qu’ils Ă©taient au service de la musique, loin d’une logique de sĂ©duction visuelle.

Le violoniste au visage de marbre et au sens de l'humour inimitable

Le comble, c’est qu’en plus, Heifetz Ă©tait un homme extrĂȘmement chaleureux – avec ses amis …certes peu nombreux…- mais bien sĂ»r, notoirement trĂšs exigeant.

On a souvent gardĂ© en tĂȘte les images de ces masterclasses oĂč il tapait parfois la mesure, de maniĂšre impatiente et intransigeante – avec une antenne de voiture !!

Il était célÚbre aussi pour demander à ces élÚves, de maniÚre impromptue, de jouer des gammes dans toutes les tonalités(surtout les plus improbables !)

 

 

Ce que l’on a moins souvent perçu, c’est son incroyable sens de l’humour.

 

Un extrait-culte

J’aimerais partager avec vous aujourd’hui un extrait que les aficionados de Heifetz adorent par-dessus tout.

 

⚠Avertissement !

 

Avant de le regarder, laissez-moi vous prĂ©ciser le contexte. Il s’agit d’une caricature que Heifetz fait d’un Ă©lĂšve qu’il a auditionnĂ© et qui prĂ©sentait de multitude dĂ©fauts « habituels ».

 

Cet extrait est absolument génial, pour plusieurs raisons.
D’abord, il faut imaginer la qualitĂ© du sens de l’observation de Heifetz pour arriver Ă  reproduire si bien ces dĂ©fauts, Ă©videmment Ă©trangers Ă  son jeu. Sa capacitĂ© d’imitation est bluffante. Au point que si l’on n’est pas prĂ©venu avant le visionnage, on pourrait avoir des doutes sur Heifetz lui-mĂȘme !

 

Pour tout vous dire, c’est ce qui m’est arrivĂ© quand j’Ă©tais petite. Mon professeur Ă  Marseille, Jean Ter Merguerian dont je vous parlais dans un prĂ©cĂ©dent article, m’avait fait visionner cet extrait sans me prĂ©venir.
Pour me faire une blague.

 

Et j’Ă©tais si confuse…Ah bon, le grand Heifetz…ce n’Ă©tait pas bon quand mĂȘme ?

 

Quand il m’expliqua de quoi il s’agissait, qu’est-ce que nous avons ri !
Inoubliable moment de transmission.

 

De plus, ce qui est incroyable, c’est aussi qu’il ne « bronche » pas pendant ce moment hilarant. Au maximum , il bouge un sourcil…

 

De plus, ce qui est incroyable, c’est aussi qu’il ne « bronche » pas pendant ce moment hilarant. Au maximum , il bouge un sourcil…

 

Ressemblance Ă©vidente avec le grand Buster Keaton, n’est-ce pas ?

 

 

Alors, je vous mets la version caricaturale suivie de la version studio de la mĂȘme piĂšce ! D’ailleurs il s’agit d’un enregistrement extraordinaire d’une trĂšs belle Ɠuvre.

 

Le 4e concerto de Vieuxtemps (1820-1881). – Vieuxtemps Ă©tait lui mĂȘme violoniste, un des grands maitres de l’Ă©cole franco-belge !
C’est un bijou, bien trop peu jouĂ© de nos jours !!

Heifetz fait une caricature d’un Ă©lĂšve qu’il a dĂ» auditionner. Concerto de Vieuxtemps nr.4 !

Vieuxtemps Concerto nr.4 par Jascha heifetz John Barbirolli and the London Philharmonic Orchestra

Incandescent, n’est-ce pas ?

P.-S. :

Dans moins d’un mois sortira chez NomadMusic mon nouvel album avec au piano, AurĂ©lien Pontier đŸŽč. Il s’agit de Miniatures pour violon et piano. 😉

Un hommage au grand Jascha avec plusieurs de ses piÚces fétiches !

💿 Dans les bacs et en ligne, le 7 FĂ©vrier !

🎬

  • Cet article vous a plu ?

 

Partagez-le 😃

  • Vous avez des rĂ©actions ?

 

Parlons-en dans les commentaires du blog ! Je les lis tous ! ✍

 

đŸŽ» Je vous souhaite une trĂšs belle annĂ©e 2020 palpitante, pleine de musique (sans doute avec beaucoup de Beethoven et plus encore !)Â đŸŽ¶

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *